Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Index

Recherche

Statistiques du blog

 

Blason_Gignat.png

 

Nombre de visiteurs:          14739

Nombres de pages vues:    48605

Cher Visiteur Bienvenue à GIGNAT

10.jpg

 

 

 

habitants.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

©Les photos, logos et informations présentées sur ce site sont la propriété

exclusive du webmaster.
Toute reproduction nécessite son accord préalable.©
 

 

Information

 

 

 

 

 


28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 10:32

- Le Chemin Psychologique :

 

La préparation du sac à dos, c’est plutôt psychologique parce qu’on veut


porter dans le sac beaucoup plus de choses, tous les « au cas où », cela fait


du bien pour se connaître soi-même, se rire de soi-même et s’accepter.


Parfois, on traverse de paysages très monotones comme la Meseta


Espagnole (ou le Gers, Français), très arides, des champs de céréales


immenses tronçons du Chemin sur lesquels on pense trop : est-ce que j’y


arriverai ? est-ce que je dois abandonner à cause de mes douleurs ?

 

et les gîtes, est-ce que j’aurai une place pour ce soir ?


La fatigue produit un certain état d’ivresse qui laisse tomber les barrières


psychologiques, elle nous rend plus ouverts et nous partageons davantage


avec les autres pèlerins.


Sur le Chemin, on est plus ouverts aux autres aussi parce qu’on se sent


responsables de son choix de venir sur le Chemin :

 

chute des barrières  psychologiques.

 

 

compostelle 5

 

 

Deux pèlerins Français nous disaient : « on peut se laisser porter par le


Chemin comme un papillon. Laissez-vous aussi surprendre par le hasard


d’un chemin plein de surprises ! Essayez de ne pas planifier, si possible ».


On se découvre en faisant des choses qui nous font honte (manger de la


nourriture trouvée sur le chemin) mais on en rit et on les accepte, on


s'accepte soi-même car il est très important parce qu'on vit 24 heures sur 24


avec nous-mêmes et pendant le reste de notre vie.

 

Est-ce que vous pouvez  imaginer cela?


Une Américaine nous disait : « en ce qui concerne les relations,

 

j’ai aussi appris que chacun fait son chemin, même si on marche ensemble ».


Cristina, exemple de trop se questionner, une pèlerine Espagnole qui doute


de sa capacité à continuer alors qu’elle pèse 130 kg et elle a marché 22 Km.


Écouter les autres, exercice psychologique, car ils ont quelque chose


d’intéressant à nous dire. On a le temps, on écoute.

 

On apprend tous de tous.



- Un Chemin Spirituel


Endroit de connaissance de soi-même, Ecole de la Vie, d’apprentissage,

 

etvoici le plus précieux des contenus de cette causerie.

 

On comprend le chemin comme une métaphore de la Vie qui nous enseigne

 

à chaque  instant.
Voici les apprentissages que nous transmettaient les pèlerines et pèlerins :


Paul, un pèlerin belge : « l’important n’est pas d’arriver à Compostelle,

 

le primordial est d’être sur le Chemin ».


« Quand je marche, TOUT EST POSSIBLE », disait une Auvergnate.


Une Italienne : « On rencontre des gens avec les mêmes problèmes que


nous, nos miroirs. On peut se regarder dans ces miroirs ».


ERWAN, un Breton, dit : « J'ai appris à repérer les signes qui sont présents


tout au long du chemin, qu'il faut les prendre en considération.

 

J'essaye de  reconnaître les signes dans la vie de tous les jours

 

mais il n'est pas toujours  évident “.


En marchant, un Français, une Italienne et un Espagnol se posent la


question : quelle est la vie réelle ? Celle du chemin qui paraît parfaite,

 

pleine  d’harmonie et presque idyllique, ou celle qu’on mène au quotidien ?

 

Même il  y a un des trois qui a peur de rentrer chez lui.

 

Les trois arrivent à une conclusion : « le chemin est une vie plus vraie

 

et réelle car on enlève sa propre carapace donc

 

on est tous plus vrais, plus réels.

 

Alors que nos viesqu’on mène chez nous sont plutôt

 

imposées et fausses ».

 

 

Mirco, Italien : « il ne faut pas aider celui qui ne le demande pas ».


Le Chemin donne tout ce dont tu as besoin.

 

Demandez et vous recevrez !


(Attention ! J’avais demandé un billet de 500 euros…).


On a beaucoup entendu dire : « Il existe une connexion invisible entre les


êtres humains ». Un sacristain de 75 ans disait : « peut-être DIEU est ces


connexions d’esprit entre nous tous, pour cela sur le chemin, on se sent


connecté à la Vie ». Le même sacristain disait : « dans le silence et la


solitude se trouve tout l’essentiel de la vie ».



compostelle 6

 

Nous cherchons des points d’union avec les autres.

 

Discuter plutôt que disputer.

 

Un Espagnol dit : « En réalité, ici on comprend qu’il n’y a pas de


nationalités, pas d’âges, pas de couleurs de peau, pas de religions,

 

pas de  hiérarchies.

 

ON est tous PELERINS.


Michel un Auvergnat : « Il se produit sur le chemin une perte de la notion du


temps. Seulement existe le cycle des jours et des nuits.

 

La journée comme  la seule mesure du temps ».


Claudio, un Espagnol, avait fait le chemin 4 années consécutives :

 

« parce  que j’ai un tel SENTIMENT DE LIBERTÉ…».

 

 

A  SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Dan
commenter cet article

commentaires